#. Equo Pulsat Pede

La mort frappe d'un pied indifférent. Du moins, selon les envies de nos amis aux longues dents...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Amber [en construction]

Aller en bas 
AuteurMessage
Amber Delaney
Newcomer [*] -> Pense à ta fiche =)
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 17/09/2008

MessageSujet: Amber [en construction]   Sam 20 Sep - 21:52

[list]I. Identité
    Nom, Prénom(s) : Amber Katherine Elizabeth Delaney
    Date de Naissance, Age réel : 16 juillet 1689, donc 162 ans.
    Age en apparence : Dix-sept ans
    Lieu de Résidence : Mayfair



II. Informations complémentaires
    Métier (si existence) : Prostituée de luxe
    Autre source de revenus (si aucun métier) :Trafique de l’opium
    Pourquoi être à Londres ?: Un grand tour des capitales européennes depuis la transformation.
    Expérience de Vampire (confirmé, novice) : Novice, pour un vampire elle est encore jeune !


III. HJ - Vous
    Age : 22
    Niveau en Rp : dans la norme ^^
    Présence /7 : horaires trop variables pour être précise
    Code du Réglement : draculya
    Comment nous avez-vous connus ? par partenariat avec au temps de versailles


    RP De présentation :
    [i]Qu’ai-je bien pu faire de mal mon Dieu ? J’ai toujours été à l’Eglise, j’ai bien traité ma femme, je n’ai jamais chercher à faire de profit dans mon travail. J’ai monté une affaire saine et honnête. La tentation ne m’a pas été épargné dans ma vie mais je n’y ai jamais céder. Je ne bois jamais beaucoup, je ne me livre à aucun vice. J’ai été infidèle à ma femme, c’est vrai mon Dieu, mais j’ai fait pénitence pendant deux ans pour me faire pardonner cette infamie. De quoi dois-je encore être puni ?

    J’ai besoin d’un fils pour reprendre mon affaire et c’est la sixième fille que tu m’envoies. Six filles, cela fait six futures dots. Elles ne me sont d’aucune utilité à l’atelier, il n’y pas de femmes orfèvres. Est-ce un signe pour me dire que je dois en rester là, sans gloire ni descendance. Me serai-je priver toute ma vie pour Te servir en vain ? Envoie-moi un signe mon Dieu je t’en prie. Appeler sa fille Amber quand on ne peut même pas la considérer comme le joyau qui reprendra le flambeau, je te trouve dur. Si j’ai été mauvais dans ma vie, je suis prêt à accepter ma punition mais c’est le fait de ne pas savoir qui me ronge. Je T’en supplie Seigneur, ne laisse pas Ton pauvre serviteur dans l’ignorance de ses mauvaises actions.
    James Delaney, orfèvre de Londres. 16 juillet 1689

    Cher John,
    Comme votre lettre m’a fait du bien ! Cela me réchauffe le cœur de savoir que vous partagez mes sentiments. Sachez que rien ne me ferait plus plaisir de vous rejoindre ce soir, j’en brûle de rage rien qu’à l’idée de penser que je ne pourrais pas. Je vous en prie, ne croyez pas à une mauvaise excuse, je vous aime aussi sincèrement que je vous l’ai dit lorsque nous nous sommes vu à l’abri de cette enseigne. Si j’ai toujours pu vous retrouver jusqu’alors c’est parce qu’Amber accaparait toute leur attention. Je vous ai parler d’elle, c’est un petit démon bien qu’au premier regard, on lui donnerait le bon Dieu sans confession. On a beau savoir qu’elle est d’une sournoiserie sans nom, personne ne peut résister à son regard de biche blessée. Elle a deux grands yeux verts et une voix charmeuse, même lorsqu’elle a fait la pire des sottises, on ne peut que lui pardonner. Le pire c’est que cette petite friponne le sait, en use et en abuse. Je sais qu’elle fait exprès d’être sage pour que je ne puisse pas vous voir et pourtant je ne peux m’empêcher de l’aimer tendrement. Je vous en prie mon aimé, soyez compréhensif et patient, un jour nous serons réunis et n’auront plus à nous cacher pour nous voir. Je me promènerai fièrement à votre bras. Sachez que dès à présent je vous appartiens et vous appartiendrai toujours.
    Anne Delaney, le 28 octobre 1695

    Mon Père, bénissez-moi parce que j’ai péché. J’ai fait des choses horribles et je sais que j’aurai du mal à me pardonner pour le restant de mes jours. Anne est une épouse merveilleuse et je l’ai trahie. Je connais ses sœurs depuis notre mariage pourtant. Il n’y a rien à redouter de Jesabel, Henriet, Isabel et Violet. Ce sont des jeunes femmes charmantes aussi belles que serviables. Mais le démon, je n’ai jamais pu le comprendre. Que Dieu me pardonne mais Il doit avoir abandonner Amber au démon depuis belle lurette pour qu’elle se comporte de la sorte. Elle a toujours été une très jolie enfant, elle a des yeux, on leur donnerait son âme, on perdrait tout pour un regard de cette petite. Depuis deux ans que son corps de femme commence à poindre, j’ai des pensées impures envers elle. Je me suis toujours dominé, le Malin ne me prendra pas comme ça. Enfin, c’était ce que je croyais mon Père. Depuis quelques temps, elle avait remarqué que les hommes commençaient à lui tourner autour. C’est rapidement devenu une traînée. Je ne l’accuse de rien, je pense pouvoir jurer sur la très sainte Bible qu’elle est toujours intacte. Mais elle provoque les hommes, elle excite leurs instincts les plus vils. Quand elle a remarqué mon intérêt pour elle, elle a commencé à jouer avec moi : un corset négligemment lacé, une mèche de cheveux repoussée sensuellement, une main qui se pose avec compassion sur mon bras,… Et ses yeux, ses grands yeux verts…ils sont si attirants qu’on se noieraient dedans. Parfois, elle n’attache pas ses longs cheveux châtains, elle les laisse pendre à la sauvage sur ses épaules. Son teint de porcelaine, sa taille si fine alors que toutes les jeunes filles de son âge prennent vite du poids, sa voix chantonante, son ton doux quand elle vous parle comme si vous étiez la seule personne qui ait de l’intérêt sur cette Terre. Je sais que je n’aurai pas dû lui voler ce baiser et l’attirer à moi mais mon Père, cette fille-là, c’est le Diable !
    John Darcy, pelletier de Londres, 4 mars 1705

    J’en ai connu des pucelles qui voulaient provoquer les hommes dans l’espoir de devenir une femme avant le mariage, je les connais même par cœur. Elles se ressemblent toutes. Mais elle, c’est autre chose. J’étais partit en chasse la première fois que je l’ai vue. Elle était accompagnée d’un couple. Sans être la beauté descendue sur Terre, elle avait quelque chose qui faisait qu’on retient son attention sur quelqu’un. Ses cheveux descendaient en cascade insolente le long de son dos, elle avait un grand sourire et des yeux…des yeux qu’on n’oublie pas. D’ailleurs le gars du couple qui l’accompagnait la regardait plus elle que sa femme. Je voulais connaître cette fille. J’ai abordé le petit groupe. Le couple fut méfiant de nature, l’homme jaloux de l’intérêt que me portait la donzelle. J’ai appris qu’elle s’appelait Amber et qu’elle était accompagnée de sa sœur Anne et du mari de celle-ci, John Darcy. Il était amoureux de la petite sœur, ça ne faisait aucun doute. J’étais fasciné par le pouvoir que ce petit bout de femme détenait sur lui.

    Après avoir sympathisé, les Darcy m’offrirent de venir boire le thé chez eux à leur prochain dîner. C’était de bons bourgeois qui comme beaucoup de londoniens vivaient largement au-dessus de leurs moyens. J’acceptai après m’être assuré qu’Amber y serait présente. C’est lors de cette fameuse soirée que je fis plus ample connaissance avec elle. Amber manquait cruellement d’éducation et ne possédait pas beaucoup de connaissance mais elle était vive et intelligente. Elle comprenait vite. Elle était fascinante. Ses parents n’étaient pas pressés de la marier car la dot des cinq aînées avaient vider les caisses de la famille. Amber n’insistait pas, elle avait bien compris que cette vie n’était pas pour elle. Son air adorable me faisait rire : je savais qu’elle n’était que tromperie, elle jouait merveilleusement bien la comédie.

    Je revis plusieurs fois Amber. Nous nous promenions dans Londres à la nuit tombée, Anne et John comme chaperons. Nous étions de plus en plus complice. La petite me faisait vraiment confiance. Au bout d’un mois, elle s’esquivait par la fenêtre de sa chambre pour me retrouver. Je finis par lui voler quelques baisers innocents. Elle était ravie bien que je sentais qu’elle voulait plus que ça. Je ne voulais pas lui en donner plus tout de suite. Chaque chose en son temps !

    Un jour, elle ne fut pas au rendez-vous. Cela dura plusieurs nuits. J’étais fou de rage à l’idée qu’elle ait pu se lasser de moi. Mon orgueil en avait pris un coup bien sûr et j’en oubliais qu’il était impossible de me résister, vu mon état. Au bout d’une semaine, je me rendis chez les Darcy afin d’avoir des nouvelles sans en avoir l’air. Après une heure de conversation futile, Anne m’avoua que ses parents avaient trouver un fiancé pour sa sœur Amber. Il voulait être orfèvre, ce mariage était une aubaine pour lui ! Ainsi, c’était ça : elle voulait me faire comprendre que ce que je lui refusais, elle l’aurait sous peu ! La garce ! Cette fille me fascinait car elle possédait un pouvoir sur toutes les créatures du monde.

    Le lendemain soir, je faisais les cent pas sous sa fenêtre attendant que la maisonnée s’endorme. Lorsque la dernière chandelle fut éteinte, je voulais jusqu’à sa fenêtre. Elle m’attendait de l’autre côté. La garce savait que j’allais finir par venir. Seulement, elle ne savait pas que ce serait en volant. Elle est restée bouche bée tandis que je rentrais dans sa chambre. Je n’ai eu aucun mal à la convaincre de se donner à moi. Je lui ai dit que ce n’était pas seulement une effronterie, mais que vu ma condition, il s’agissait en réalité d’un acte diabolique. Ses yeux se sont illuminés d’une lueur malsaine à cette pensée.

    Amber était faite pour tout sauf pour une vie rangée de femme mariée. Certaines personnes pensent que je l’ai détruite à tout jamais. Grand bien leur fasse, moi je sais que je l’ai délivrée. Après une semaine, je ne me suis pas contentée de lui faire perdre encore plus sa vertu, je l’ai mordue. Elle n’a opposé aucune résistance. Je m’étais déjà nourri d’elle pendant ces dernières nuits, elle avait apprécié. Sauf que là, ce fut inhabituel. Je lui pris plus de sang. A un moment donné, elle s’affola, je la bâillonnais avec ma main. Elle finit par ne plus avoir la force de m’offrir une résistance et s’écroula dans mes bras. Ensuite je lui fis boire mon sang. Je l’avais sauvée, elle allait pouvoir mener la vie pour laquelle elle était faite. Je savais qu’elle ne s’en rendrait pas compte tout de suite, qu’il lui faudrait le temps d’accepter son nouvel état. J’avais bien agit, cela faisait longtemps que cela ne m’était plus arrivé. Je quittais sa vie en même temps que Londres sur cette pensée. J’avais confiance en Amber, je savais qu’elle saurait très vite se débrouiller.
    Anton Rivkov, gentilhomme russe, vampire de son état, 5 novembre 1706

    Mon aimée,
    Je t’écris cette lettre afin de te rassurer sur nos affaires qui se portaient si mal avant mon départ pour l’Orient. Avant de prendre le bateau qui devait m’y conduire à Venise, j’ai rencontré une jeune femme qui s’est promis de nous aider. C’est une jeune orpheline anglaise qui n’a donc aucun scrupule à pratiquer notre métier afin de survivre. Elle s’est proposée d’écouler toute la marchandise en deux mois. Je ne l’ai pas crue de prime abord : tu aurais dû la voir, elle avait plus l’air d’un jeune chaton cherchant sa mère que d’une trafiquante. J’ai reçu les résultats : elle a tout parfaitement écouler ! Il faut dire qu’avec ses airs charmants, on ne peut rien lui refuser. Je te la présenterai, je suis sûre que vous deviendrez d’excellentes amies. Il faut que je continue mon travail mon aimée, je te promets de ramener de quoi payer la dot que ton père exige afin que nous puissions vivre heureux.
    Je t’aime tendrement
    Alfonzo Ribieri, marchand de « dragons », 8 mai 1745


    [manque plus que la dernière partie et j’ai fini !][/ i]


[/list
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Delaney
Newcomer [*] -> Pense à ta fiche =)
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 17/09/2008

MessageSujet: Re: Amber [en construction]   Ven 26 Sep - 19:40

Désolée pour le double post, mais j'ai repris les cours depuis peu et pendant encore les deux prochaines semaines, ça va être la folie. je n'aurai donc pas le temps de finir ma fiche d'ici-là. après je deviendrai plus régulière mais on a des évaluations dès la rentrée (ne faites jamais d'études de theatre!)

à bientot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad 'Tepes' Dracula
Admin_* || Dit aussi l'Empaleur, un guerrier aux dents longues
avatar

Messages : 203
Date d'inscription : 17/08/2008

You && Yourself
Age (réel pour humains, apparence pour vampires) :: 45
Humeur: Curieux
Relationships:
MessageSujet: Re: Amber [en construction]   Ven 26 Sep - 22:49

B'soir =)

0key, c'est noté.
Merci de nous avoir prévenus =]

_________________


Vlad l'Empaleur.
Une carapace où il est inutile de chercher un coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://equo-pulsat-pede.forumactif.com
Vlad 'Tepes' Dracula
Admin_* || Dit aussi l'Empaleur, un guerrier aux dents longues
avatar

Messages : 203
Date d'inscription : 17/08/2008

You && Yourself
Age (réel pour humains, apparence pour vampires) :: 45
Humeur: Curieux
Relationships:
MessageSujet: Re: Amber [en construction]   Mer 12 Nov - 16:35

Bonjour Amber,
Où en es-tu dans ta fiche ?

_________________


Vlad l'Empaleur.
Une carapace où il est inutile de chercher un coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://equo-pulsat-pede.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Amber [en construction]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Amber [en construction]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Flou de Preval irrite le Bresil pour la construction d'une centrale éléctrique
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» Le droit de construction et de réparation interdit !
» Petition pour la construction de minas tirith
» Construction du Parc Quisqueya, version caribéenne de World Disney en Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#. Equo Pulsat Pede ::  -{ Réception :: #. Bibliothèque des Hanovre-
Sauter vers: